la formation professionnelle

Négociation formation : on entre dans le dur

 Daniel VATANT, Consultant, Ex-Directeur d’Habitat-Formation

Négociation formation : on entre dans le dur

Après trois séances d’échanges parfois à fleuret moucheté, mais sans projet d’accord sur la table, la négociation des partenaires sociaux sur la formation professionnelle devrait démarrer pour de bon le 20 décembre, sur la base d’un projet de plan d’accord interprofessionnel transmis la veille par le MEDEF aux organisations concernées.

C’est plus qu’un simple qu’un plan d’accord, car il distille déjà quelques intentions, non détaillées à ce stade mais bien affirmées, et très en phase avec le document d’orientation du Gouvernement. Il en est ainsi par exemple de l’alternance, avec la proposition – déjà bien éventée – d’une « contribution unique » dédiée à son financement, faisant parfaitement écho à la volonté du Gouvernement d’instaurer, pour l’apprentissage, un « financement au contrat » à l’image de ce qui se pratique pour le contrat de professionnalisation. Cette perspective d’unification du mode de financement des deux contrats serait un pas très significatif vers la sortie de l’apprentissage du champ de la formation initiale, évolution lourde et contestée par de nombreux acteurs du système. Et si les choses évoluent dans ce sens, on peut imaginer la fin du monopole des CFA en matière de formation d’apprentis et un rôle des régions réduit à la portion congrue.

Autre conséquence : l’existence d’une contribution alternance unique signerait la mort de la presque centenaire taxe d’apprentissage.

Au-delà des partenaires sociaux, les nombreuses organisations qui participent à la concertation apprentissage menée par le Gouvernement en parallèle de la négociation peuvent légitimement se demander à quoi elle sert puisque les sujets les plus lourds se discutent ailleurs. On a déjà vu du boycottage pour moins que ça !

Cet article a déja été lu 303fois !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire